Quels sont les résultats histopathologiques typiques ?

Les résultats histopathologiques varient en fonction du stade de la maladie ; ils ne suffisent souvent pas à poser le diagnostic et peuvent ressembler aux résultats typiques d’autres maladies dermatologiques chroniques. Les patients atteints de rosacée ont très fréquemment une peau abîmée par le soleil ; une élastose sévère est une caractéristique constante. Les papules de la rosacée peuvent avoir une apparence granulomateuse évoquant une sarcoïdose ou un lupus tuberculeux.

Stade I:
Aux stades précoces de la rosacée, les caractéristiques principales sont un léger œdème, des veinules dilatées et un léger infiltrat lymphocytaire périvasculaire du derme qui n’est pas spécifique. Une légère hyperplasie du tissu élastique y est associée et il peut y avoir une élastolyse (fibres élastiques épaissies et exagérément ondulées).

Stade II:
Les lésions ultérieures montrent une progression de l’infiltration périvasculaire et périfolliculaire du derme, consistant en des lymphocytes et histiocytes avec un nombre variable de cellules plasmatiques et de cellules géantes. On peut observer une folliculite aiguë avec pustules folliculaires et périfolliculaires et une destruction des follicules pileux. Les vaisseaux sont épaissis et très dilatés. Il y a aggravation de l’élastose.

Stade III:
Le stade III de la rosacée est caractérisé par une expansion diffuse des tissus conjonctifs. Il y a augmentation des glandes sébacées et dilatation des canaux folliculaires qui contiennent des débris de kératine. Des tunnels épithélialisés minent le tissu hyperplastique. On peut observer des populations denses d’acariens Demodex folliculorum dans les follicules pilosébacés.

DermIS.net Uni Heidelberg