Les différents types de rosacées - variantes

Alors que les sous-types classiques de la rosacée peuvent être reconnus assez aisément, les variantes de la rosacée sont susceptibles de ne pas être détectées ou de faire l'objet d'un diagnostic erroné.

1. Oedème persistant de rosacée
2. Rosacée conglobata
3. Rosacée fulminans
4. Rosacée ophtalmique
5. Rosacée lupoïde ou granulomateuse
6. Rosacée stéroïdienne
7. Rosacée Gram négative
8. Rosacée halogène
9. Les gonflements induits par la rosacée

 












[ top ]


1. Oedème persistant de rosacée:

Ce cas est plutôt rare et le diagnostic n'est souvent pas établi. Les patients se plaignent principalement de contours faciaux déformés ; normalement, ils ne se plaignent pas d'autres symptômes. Cette forme est caractérisée par un œdème dur dans les zones affectées, comme par exemple le front, la glabelle, les paupières, le nez ou les joues.
Les diagnostics différentiels sont l'œdème en cas d'acné vulgaire, l'angioœdème, le syndrome de Melkersson-Rosenthal.


[ top ]


2. Rosacée conglobata:

Cette forme progressive et chronique affecte principalement les femmes et elle se caractérise par des plaques indurées et des abcès nodulaires hémorragiques sur une peau érythémateuse. Elle peut être provoquée par la prise orale de préparation contentant des halogènes.
Diagnostic différentiel : acné conglobata.


[ top ]


3. Rosacée fulminans:



Bourdonnement (31KB)

Cette forme est une variante extrême de la rosacée conglobata et elle se caractérise par le développement soudain de nodules profonds , trabéculoïdes et de sinus de drainage confluents sur un visage rougi, ces éruptions étant prédominantes au niveau du menton, des joues et du front. Le visage peut changer de couleur en prenant des tons bleu ou rouges intenses et il peut gonfler. Les yeux ne sont généralement pas touchés. L’hyperséborrhée est constante et il a souvent été confirmé qu'elle avait beaucoup augmenté à partir du début de la maladie. La rosacée fulminans affecte principalement les jeunes femmes post-adolescentes. Certaines d'entre elles ont des antécédents de traumatisme émotionnel. Dans l'ensemble, l'étiologie n'a toujours pas été éclaircie.
Les diagnostics différentiels sont : acné fulminans, acné conglobata, bromide, iodide.


[ top ]


4. Rosacée ophtalmique:



Il s'agit du type de rosacée le plus fréquemment diagnostiqué lorsqu'il coexiste avec les signes ou symptômes cutanés de la rosacée. La rosacée ophtalmique est indépendante de la sévérité de la rosacée faciale. Chez jusqu'à 20 % des patients atteints de rosacée ophtalmique, les signes et symptômes oculaires peuvent survenir avant les manifestations cutanées.
Les signes et symptômes pertinents pour le diagnostic de la rosacée ophtalmique ou oculaire sont les suivants : sensation de brûlure ou de picotement, sensation de corps étranger, sensation de sécheresse oculaire, sensibilité accrue à la lumière, vision floue, télangiectasies de la conjonctive et du bord de l'œil, érythème des paupières ou périoculaire, apparence d'œil plein de larmes ou injecté de sang (hyperémie conjonctivale interpalpébrale). Les maladies suivantes peuvent survenir : blépharite, conjonctivite, iritis, irido-cyclite, iritis à hypopion et irrégularités des bords de la paupière. Les complications cornéennes comprennent la kératite ponctuée, les infiltrats/ulcères cornéens ou les kératites marginales . La kératite de la rosacée est de pronostic réservée , car dans les cas sévères , elle peut entraîner une perte de la vision L'atteinte oculaire la plus fréquente est la blépharite (inflammation chronique des bords de la paupière accompagnée, avec des squames et des croûtes). Dans n'importe quelles de ces circonstances, il est nécessaire de procéder à un examen ophtalmique.


[ top ]


5. Rosacée lupoïde ou granulomateuse:



Bourdonnement (36KB)

Cette forme est caractérisée par des papules ou des nodules cutanés fermes, jaunes, bruns ou rouges. Ces lésions ont un caractère moins inflammatoire et elles siègent souvent sur une peau relativement d'aspect relativement normal, mais parfois, cette dernière est épaissie et présente des rougeurs diffuses. De façon typique, ces lésions sont monomorphes chez chaque patient et elles affectent les joues et les zones du pourtour des orifices. Pour diagnostiquer cette forme de rosacée, il n'est pas nécessaire de constater les autres signes et symptômes de la rosacée. Une diascopie effectuée à l'aide d'une spatule en verre ( verre de montre réalisant une vitropression )révèle le caractère lupoïde de ces infiltrations. La rosacée lupoïde ou granulomateuse peut conduire à la formation de cicatrices cutanées.
Les diagnostics différentiels sont les suivants : dermatite lupoïde périorale, rosacée stéroïdienne lupoïde, sarcoïdose (forme nodulaire de petite taille), acnitis (LMDF), réaction à un corps étranger.

Bourdonnement (173KB)
Bourdonnement (291KB)


[ top ]


6. Rosacée stéroïdienne:

Cette forme de la rosacée apparaît lorsque l'on a administré par erreur des stéroïdes topiques – tout spécialement lorsque ceux-ci étaient très puissants – pendant une période prolongée à des patients souffrant de rosacée. Dans un premier temps, la rosacée s'améliore, mais avec le temps apparaissent des papulopustules, des nodules, des comédons secondaires et d'éventuels signes d'atrophie stéroïdienne tels que l'amincissement cutané et l'augmentation des télangiectasies. Les patients se plaignent principalement de démangeaisons, de sensations de brûlure, de douleurs et de rougeurs intenses. L'arrêt des stéroïdes engendre la réapparition de la rosacée, parfois même son exacerbation.


[ top ]


7. Rosacée Gram négative:

Cette forme est analogue à la folliculite Gram négative. Elle est caractérisée par des nodules profonds et des pustules jaunâtres, tout particulièrement au niveau des zones périorale et périnasale. Il arrive très facilement que ce diagnostic ne soit pas établi. Il peut uniquement être établi si le contenu des pustules est mis en culture et que celles-ci révèlent la présence de bactéries . Les diagnostics différentiels sont les suivants : rosacée de stade II et de stade III.


[ top ]


8. Rosacée halogène:

L'administration systémique d'iodures et de bromures peut entraîner l'apparition d'un tableau clinique similaire à celui de la rosacée conglobata. Les lésions se résorbent lorsque l'organisme cesse d'être exposé aux halogènes.


[ top ]


9. Les gonflements induits par la rosacée:



Bourdonnement (36KB)

Le rhinophyma est le gonflement le plus courant et il affecte principalement les hommes. En général, il s'agit d'une complication rare et elle commence rarement avant l'âge de 40 ans. Elle peut être accompagnée de rosacée de stade III, mais un grand nombre de patients présentent seulement des variantes légères de la rosacée sur d'autres parties du visage. Le rhinophyma est caractérisé par une inflammation profonde chronique conduisant à un accroissement constant des tissus conjonctifs et de l'hyperplasie des glandes sébacées.
Les diagnostics différentiels sont les suivants : faciès léonin de la lèpre et de la leucémie, syndrome de Melkersson-Rosenthal et acromégalie.

Bourdonnement (51KB)
 
Bourdonnement (40KB)
 
Bourdonnement (15KB)
 
   
Bourdonnement (301KB)

Il existe quatre variantes cliniques du rhinophyma :

La forme glandulaire est caractérisée par une augmentation asymétrique d'envergure variée de la taille du nez, augmentation associée à une surface cutanée irrégulière et rongée ainsi que des orifices folliculaires proéminents. La sécrétion de sébum est accrue. Une légère pression sur la peau entraîne l'expulsion d'une substance blanche de consistance pâteuse.

La forme fibreuse est caractérisée par une hyperplasie diffuse des tissus conjonctifs et des glandes sébacées.

La forme fibroangioœdèmateuse est caractérisée par une coloration rouge cuivrée ou rouge pourpre du nez et revêtant diverses apparences. Le volume est augmenté et la surface cutanée est caractérisée par une ectasie importante des veines.

La forme actinique survient principalement chez les personnes dont la peau rougit facilement, bronze rarement et est abîmée par les rayonnements solaires. Elle est caractérisée par une augmentation irrégulière du nez et des masses nodulaires proéminentes de tissu élastiques.

Bourdonnement (22KB)
 
Bourdonnement (34KB)
 
Bourdonnement (37KB)
 
Bourdonnement (15KB)
 
 

Les autres gonflements sont

le gnatophyma: gonflement du menton

Bourdonnement (48KB)
 
Bourdonnement (24KB)
 
     

le méthophyma: gonflement du front
l'otophyma: gonflement des lobes auriculaires, souvent en forme de chou-fleur


le blépharophyma: gonflement des paupières

Bourdonnement (213KB)

[ top ]


DermIS.net Uni Heidelberg