Traitement – traitements non homologués

Les traitements décrits par la suite ont été décrits dans la littérature médicale comme conduisant à des résultats positifs, mais ils n'ont pas été homologués pour cette maladie et l'on manque d'études contrôlées à grande envergure à ce sujet. Ces suggestions ne sauraient en aucun cas constituer un encouragement ou une promotion de l'usage non conforme de ces produits

Traitement topique

Le tacrolimus, un immunomodulateur qui, employé en tant qu'agent topique, est homologué pour le traitement de l'eczéma atopique, s'est avéré efficace chez les patients atteints de rosacée induite par les stéroïdes. En cas de rosacée, on applique une pommade au tacrolimus dont la concentration est comprise entre 0,075 % et 0,1 %.

On a observé que l'ascomycine, un autre immunomodulateur, est efficace contre la rosacée lorsqu'il est appliqué à une concentration de 1 %.

Des discussions ont eu lieu sur les infestations de Demodex folliculorum en tant que facteur étiologique dans certains cas de lésions cutanées de rosacée ou de lésions rosacéiformes. Les anti-infectieux comme la crème à la perméthrine à 5 %, le lindane et le benzyl-benzoate ont été recommandés pour le traitement de la rosacée de stade II.

Traitement systémique

On a observé que le dapsone, un antibiotique et antiparasitaire, est efficace contre la rosacée fulminans lorsqu'il est administré à un dosage de 100 mg par jour.

On a montré que la clonidine, un antihypertenseur actif au niveau central, a un effet réducteur sur les bouffées vasomotrices faciales. Toutefois, on a observé que les faibles doses, lesquelles n'entraînent pas de chute de tension artérielle, n'ont qu'un effet très faible, voire inexistant.

On a observé qu'une posologie quotidienne de 500 g de métronidazole administré par voie orale est efficace contre les rosacées de stades II et III.
La durée nécessaire du traitement était de 20 à 60 jours. Ce médicament n'est pas homologué pour un traitement de plus de six jours et il expose des effets indésirables considérables.

DermIS.net Uni Heidelberg